« Qui sont les Chinois ? Pensées et paroles de Chine »

Élisabeth Martens
(édition Max Milo, 2013)

 

Nombre de pages: 320 (existe en Epub - Prix 13,99 €)

expédié en 48h ou à commander dans toutes les librairies, sur Amazon, etc.

 ISBN: 978-2-31500-385-3

 

Comment certaines caractéristiques de la langue chinoise influencent-elles la manière de penser et de se comporter des Chinois ?

Recelant une quantité inouïe de trésors philosophiques, la langue chinoise nous invite à penser autrement. Sans verbe « être », sans « oui » ni « non », sans flexion ni conjugaison, le chinois ouvre à l’interprétation, la relativisation, et à la contingence.

À travers la linguistique, c’est une manière différente d’envisager le monde, de réfléchir et de construire la société qui apparaît. En nous aidant à mieux comprendre qui sont les Chinois, l'auteur nous interroge également quant à notre propre langage et fonctionnement.

Élisabeth Martens a passé plusieurs années en Chine. Chargée de cours et de conférences sur la culture, la pensée et la langue chinoises, elle est aussi spécialisée en médecine traditionnelle chinoise et diplômée de sciences biologiques. Elle vit aujourd’hui en Belgique.

 

 

Evènements autour du livre

"Qui sont les Chinois, Pensées et paroles de Chine"

de Elisabeth Martens (Max Milo, 2013) 

 

Conférences de Elisabeth Martens à propos de son livre:

le 28 novembre à Overijse à 18h, Drève des Capucins 34 pour "Djohi-Bxl"

le 8 décembre à Nismes 10,rue vieille église, Centre culturel "action-sud" à 17h 

le 9 décembre à Namur, rue Basse Marcelle, r-de-ch. Maison de l'Ecologie avec "Ateliers du Feng Shui"

le 17 février à Bruxelles, Auderghem, centre sportif de la Forêt de Soignes, à 19h avec Abadic

le 1 mars 2014 à 1030 Bruxelles à 15h, av Paul Deschanel pour l'Association Belgique-Chine/Institut Confucius-Bxl

le 26 avril à 1000 Bruxelles à 15h la librairie "la Grande Muraille", galerie de Ruysbroek

 

mercredi 13 novembre 2013 de 12h à 13h


79 ème édition de “Bruits  de Chine”  le  magazine sur Radio Campus 106.6 FM

Ecoutez l'interview donnée à Radio Campus le 13 novembre 2013.

Au programme ce mois-ci : linguistique, voyage et société...

Elisabeth Martens – biologiste et spécialiste de médecine chinoise a vécu plusieurs années en Chine. Elle enseigne aujourd’hui en Belgique la pensée et la langue chinoise et vient de publier Qui sont les Chinois ? Pensées et paroles de Chine (éd. Max Milo). Un essai où elle  analyse en convoquant la linguistique, la philosophie et la mythologie, l’influence de l’environnement sur le développement du langage et par là même sur la manière dont les chinois appréhendent le monde tout en nous invitant à une réflexion sur notre propre langue. Un ouvrage indispensable pour décoder le sens profond d’une pensée qui à la logique préfère l’intuition.

http://www.maxmilo.com/product_info.php?products_id=303

 

   

 

 

 

 

 

 

Le Phénix : rencontre avec Elisabeth Martens le 25/10 à 18h

Librairie Le Phénix, 72 boulevard de Sébastopol 75003 PARIS - FRANCE Réaumur-Sébastopol, lignes 3 et 4  Ouvert du Lundi au Samedi, de 10 heures à 19 heures           

Ré-écouter la conférence donnée à la Librairie Le Phénix : ICI                               

 

article paru sur votre livre dans Ouest France

A découvrir aussi : une chronique publiée sur un blog sur le livre

A écouter : l'interview donnée à la radio bfmtv.com dans l'émission chine-hebdo le  7 septembre 2013 :
Elisabeth Martens, biologiste belge spécialisée en médecine traditionnelle chinoise, auteur

 

 

Commentaires de Pierre Yerlès, professeur honoraire de philologie romane de l’UCL:

Chère Elisabeth Martens,

J'ai pris un plaisir extrême à la lecture de votre ouvrage. J'y découvre d'abord, de bout en bout, une perception de la culture et de la pensée chinoise à mes yeux très exacte, très nuancée, très fine, témoignant d'une connaissance intellectuelle mais aussi d'une expérience charnelle et sensible, et empathique, de cette culture et des êtres qu'elle façonne et qui l'habitent. A cet égard, votre livre fait fortement écho pour moi à quelques-unes des lectures, à côté de celles des Gernet, Leys,  Pimpaneau,etc.) qui m'ont le plus appris depuis dix ans ( dans la lignée de certains ouvrages introductifs de Lin Yutang, de Claude Roy, de Anne Cheng, de André Chieng...). Comme il fait écho aussi à la modeste connaissance concrète que j'ai pu avoir de la Chine et des Chinois. Votre livre regorge d'anecdotes éclairantes (des tribulations de Yangdao aux effets d'une calligraphie de poésie Tang), de citations opportunes (de Wangbi via Needham à Claudel via Boothroyd et Détrie, en passant par Levi, Jullien, Billeter, Vandermeersch et tant d'autres) de formules heureuses et souvent quasi poétiques ('le vide chinois pétille comme une coupe de champagne...(il) est le vide du nid qui accueille l'oiseau le temps d'un repos, celui du panier qui ouvre les bras...etc.'; 'les petits pas de biais, comme ceux du crabe, ou les sauts joyeux de la crevette' 'les poèmes, tout comme les nouilles, se transforment en sang' etc...). Votre style alerte coule de source, et, pétillant lui aussi, emplit votre lecteur d'une ivresse joyeuse. Et votre livre, surtout, j'aurai bien garde de dire, à l'occidentale, comble un vide, mais bien plutôt se dresse dans un vide et y prend toute son ampleur: car si l'on excepte le très ancien et parfois abstrus Idiot Chinois de Kyril Ryjik ( dont le premier tome est introuvable aujourd'hui), ou de tout rudimentaires opuscules d'apprentissage, il n'existait pas d'ouvrage accessible au plus grand nombre, dans l'aire francophone, s'appuyant systématiquement sur une réflexion linguistique, pour induire une saisie en profondeur de la culture chinoise. Or, telle est bien l'originalité de votre propos que, d'un bout à l'autre du livre, la spécificité de la langue chinoise et de la relation au monde qu'elle construit, est le fil rouge qui débobine  la réponse au titre de l'ouvrage: Qui sont les Chinois? Qu'il s'agisse de la parataxe, de l'ambivalence, de l'homophonie, de l'absence de conjugaison, des formes de relativisation ou dé-relativisation, de l'absence du verbe "être", etc., c'est toujours la langue, voire le langage chinois que vous interrogez et dont vous partez. Et vous êtes, pour votre lecteur néophyte, d'une grande générosité en essaimant votre ouvrage de tant d'exemples simples, où les caractères chinois sont accompagnés de leur correspondant pinyin. Et quand, partant de la langue, vous développez une réflexion plus anthropologique, voire philosophique, vous le faites avec une justesse de saisie qui témoigne de votre connaissance de l'intérieur du monde chinois. Ainsi par exemple de vos pages 214 à 230, qui sont un régal, et parmi lesquelles j'épinglerais, si j'étais contraint de choisir, celles que contient le si pertinent paragraphe consacré à "L'art de la copie". Mais tout votre ouvrage, dont la table des matières énumère la grande richesse, est à mes yeux instructif en même temps que réjouissant. Vous aviez bien voulu, chère Elisabeth, faire quelque cas (hélas, sans résultat positif encore pour la cause que vous défendiez) de mon article d'amateur sur l'interculturel et l'interreligieux Chine-Occident, à paraître prochainement. De façon un peu cavalière, j'y évoquais en note votre précédent ouvrage(1), comme aussi du reste l'ouvrage de Tashi Tsering traduit par André(2). J'aimerais que vous sachiez que j'ai ajouté à cette note les lignes suivantes:  "Je profite de cette note pour dire tout le bien que je pense d’un livre plus récent d’Elisabeth Martens, beaucoup plus empathique cette fois, qui constitue, au départ d’une réflexion sur le langage, une magnifique introduction à la culture chinoise : Qui sont les Chinois ? Pensées et paroles de Chine, Max Milo éd., Paris, 2013, 319pp." 

Je vous assure de ma cordiale et admirative considération.

Pierre Yerlès

(1) "Histoire du bouddhisme tibétain , la compassion des puissants", Elisabeth Martens, 2007, éd. L'Harmattan

(2) "Mon combat pour un Tibet moderne, récit de vie de Tashi Tsering", Tashi Tsering en coll. avec Goldstein et Siebenschuh, traduit par André Lacroix, 2010, éd. Golias

 

Commentaire de:

Philippe Sionneau, énergéticien acupuncteur, écrivain et enseignant de médecine chinoise à Paris

 


Elisabeth Martens à la Foire du livre de Nancy "Le livre sur la place" pour présenter son nouveau livre :