Pensées chinoises : Histoire du Bouddhisme tibétain

Histoire du Bouddhisme tibétain

cours organisés sur demande avec min. 8 part., donnés par El. Martens (0492/785.485)


C’est lors de la conquête du « Grand Tibet », que la dynastie Tubo accueillit à sa cour le Bouddhisme chinois.
Du 6ème au 9ème PC, le Bouddhisme servit la cour des Tubo qui fit basculer la société tibétaine d’une structure matriarcale et tribale vers une structure patriarcale.
Suite à la chute de l’empire Tubo au 9ème, une seconde marée bouddhique arrive sur le haut plateau.

Le Tibet devient alors le refuge du Bouddhisme tantrique et se lie à la religion autochtone, le Bön.
Portée par l’exil des derniers maîtres tantriques indiens qui fuient les assauts musulmans, la seconde vague du Bouddhisme, avec ses grands monastères qui fleurissent aux quatre coins du haut plateau, aide efficacement à installer une féodalité au Tibet.
Bien que le Bouddhisme tibétain connaisse à cette époque une riche période de renaissance, avec la traduction de textes anciens et de tantras plus récents, avec l’apparition de grands poètes et maîtres tantriques, avec l’émergence de nombreuses écoles et lignées de pensée, la population tibétaine subit les pires abus du servage, perpétrés tant par les seigneurs féodaux que par les lamas de haut rang.

Au 13ème, le Tibet se voit inclus dans le vaste empire mongol qui s’étend de l’Asie septentrionale aux portes de l’Europe. Les Mongols font du Tibet une annexe de la Chine des Yuan et grâce à leurs auspices, le Bouddhisme tibétain prend une saveur politique que le Grand Cinquième Dalaï Lama trouve fort à son goût.

Le règne des Dalaï, instauré par les Mongols au 15ème, est certifié par les Mandchous au 17ème.
Ceux-ci vont définir clairement les frontières intérieures du Tibet et en faire une province chinoise.
La demande d’indépendance du Tibet faite par le 13ème Dalaï Lama au début du 20ème n’y changera rien.
Si le 13ème DL fut mis à la solde des Mandchous, puis des Anglais, le 14ème le sera des Chinois, puis des Américains. Dans la ligne tracée par son prédécesseur, le 14ème Dalaï Lama, l’actuel, semble se lier à qui lui prête main forte pour préserver les couleurs traditionnelles du BT, mais aussi les privilèges des dignitaires du BT. La CIA confirme et signe.

Quant à la Chine, elle se trouve empêtrée dans un conflit qualifié par l’Occident « d’ethnique », alors qu’il relève d’une géostratégie qui dépasse de loin des divergences culturelles ou religieuses entre les Chinois et les Tibétains.
L’enjeu du conflit sino-tibétain, largement alimenté par l’Occident et par l’entourage du Dalaï Lama, n’est pas le Tibet, ni sa population, mais est la Chine qui, conservant sa couleur politique, devient une puissance concurrentielle des Grandes puissances occidentales.

Résumé des différentes influences sur la construction du BT

Quels sont les éléments de la pensée du Bouddha qui ont été repris de l’Hindouisme ?

  • * Un Au-delà transcendantal permet d’échapper à la « douleur du monde ». Pour l’Hindouisme, c’est l’Atman-Brhaman, l’âme de l’être humain rejoint celle de Brahma après la mort pour un bonheur éternel. Pour le Bouddha il s’agit du nirvana, l’extinction de nos désirs par compréhension du caractère impermanent et illusoire de notre monde et de notre égo.
  • * Le temps est ressenti comme cyclique. Pour échapper à la « douleur du monde », il faut échapper aux cycles du temps, donc aux cycles des réincarnations qui ramènent l’être humain à revivre incessamment la douleur. Le Bouddhisme dit qu’il tourne dans la roue du samsara.
  • * Karma et réincarnation :
  • Le système des castes
  • Les pratiques du yoga


Quels sont les éléments de la pensée du Bouddha qui ont éloigné le Bouddhisme de l’Hindouisme ?

  • Pensée libre-exaministe, ne pas croire sans examen et sans expérimentation
  • Pas d’intervention divine, possibilité de se libérer par soi-même de la douleur
  • Nirvana pour tous quelle que soit la caste par une pratique quotidienne du Noble Sentier


Quels sont les éléments du GV qui ont éloigné le Bouddhisme de la pensée du Bouddha ?

  • Introduction des divinités bouddhistes
  • Notion de Boddhisatva et de Salut universel


Quels sont les éléments du Bouddhisme tantrique repris à l’Hindouisme ?

  • Les shaktis ou parèdres, élément féminin
  • Les pratiques du Yoga


En quoi la pensée du Bouddha est-elle éloignée de la pensée chinoise ?

  • La douleur est ressentie par la Chine comme un pôle de l’être humain qui lui donne accès au bonheur, le but n’est pas la délivrance de la douleur
  • Trouver sa place correcte entre Ciel et Terre en surfant sur les multiples transformations opérées par le temps
  • Le vide bouddhiste est un vide de sens et de réalité, le vide chinois est le creuset qui permet la manifestation de tous les phénomènes


En quoi la pensée du Bouddha est-elle est proche de la pensée chinoise ?

  • Peu de spéculations métaphysiques, pari sur les capacités de l’être humain
  • Idéal confucéen d’altruisme, d’honnêteté et de tolérance
  • L’être humain est ressenti comme un ensemble de particules qu’il partage avec la matière universelle
  • Immanence du nirvana : ici et maintenant, pour tous. Subitisme de l’Eveil.
  • Acceptation de l’inaccessible
  • Pratiques taoïstes et bouddhistes du Yogaçara sont assez similaires

 

Tableau des éléments de construction du Bouddhisme tibétain (indiqués en gras)

 

 

 

Inde

Tibet

Chine

 

Principales pensées ou religions préexistantes

 

1er PC

 

2ème

3ème

 

 

 

 

 

4ème

 

 

 

 

 

 

 

 

5ème

 

 

6ème

 

 

 

7ème

 

 

 

 

8ème

 

 

 

9ème

 

 

 

10ème

 

Hindouisme-Jaïnisme-Bouddhisme du Bouddha

 

 

 

Canon du Grand Véhicule Ecole Madhyamika.

Ecole Yogaçara

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Apogée du Bouddhisme indien.

 

Retour de l’Hindouisme, présence du Shaktisme.

Fondation du Tantrisme ( ?)

 

Refuge du bouddhisme au Bengale. Ouverture de centres d’études du Tantrisme au Bengale.

 

Expansion du Tantrisme à partir du Bengale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bön

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entré discrète du GV ( ?)

 

 

Présence du Yogaçara et Madhyamika

 

 

Arrivée de la princesse Wencheng, de l’école JingTu et de l’influence du bouddhisme chinois

 

Arrivée de Padmasambhava, entrée du Tantrisme,

Fondation des Bonnets Rouges

 

Rivalité entre Bön et Bonnets Rouges

 

 

Expansion du bouddhisme tibétain

 

 

Taoïsme-Confucianisme

 

 

 

 

Entrée discrète du GV par les Routes de la Soie

 

Phase d’implantation.

Culte à Maitreya.

Fondation de l’école JingTu, culte à Amitofo et GuanYin.

 

Arrivée de Kumarajiva et de l’école Madhyamika (SanLunZong ou KongJia). Début des traductions.

 

DaoSheng, début des débats entre gradualisme des écoles indiennes et subitisme des écoles chinoises

 

Phase d’indianisation, mise en valeur des sutras originaux

 

Ecole Yogaçara (FaXiang) et école des Mystères (MiZong)

 

 

Phase de sinisation avec les écoles TianTai, HuaYan, Chan

 

 

 

Apogée du bouddhisme chinois, transfert de plusieurs écoles vers le Japon

 

Après l’édit de 845 : JingTu et Chan sont les principales écoles restantes

 

 

 

 

 

Découvrez aussi l'ouvrage

« Histoire du Bouddhisme tibétain, la compassion des puissants »

par Elisabeth Martens aux Edition L’Harmatan, 2007

TABLE des MATIèRES

Introduction

  • Chapitre 1 : le Bouddhisme avant son entrée au Tibet

 

  • 1.1. L’enseignement originel du Bouddha, le Dharma
  • Siddhârta Gautama, le Bouddha historique
  • La Transcendance bouddhiste : un Au-delà de la souffrance
  • Quelques originalités de la réflexion du Bouddha
  • « Les Quatre Nobles Vérités et le Sentier aux Huit Embranchements »
  • Le karma et la loi de « Cause à Effet »

 

  • 1.2. Le Bouddhisme du Grand Véhicule, le Mahayana
  • Schisme fatal dans la communauté bouddhiste (1er AC)
  • Le Petit Véhicule se dirige vers l’Asie du Sud-Est
  • Le Grand Véhicule ouvre ses portes à l’ésotérisme
  • Principe de Vacuité, fondement des écoles du Grand Véhicule
  • Ecoles de la « Voie du Milieu » et de la « Pratique du Yoga »
  • La Vacuité bouddhiste et la physique quantique
  • Convergences entre Bouddhisme, Taoïsme et Relativisme
  • Divergences entre pensées bouddhiste et chinoise
  • D’où nous vient la pensée de la Transcendance ?
  • La poésie du « sentiment océanique »
  • Modèle chinois d’adoption de notre condition humaine
  • En Inde comme en Chine, le panthéon mahayaniste se multiplie
  • Le Tantrisme ou Vajrayana, ultime sursaut bouddhiste
  • « Expérimenter » : Voie tantrique vers l’Eveil
  • Le Tantrisme : paradis perdu ou enfer retrouvé ?
  • Fusion tantrique entre maître et disciple
  • Les divinités tantriques s’accouplent à leur shakti
  • Où donc se cache Siddhârta Gautama ?

 

  • 1.3. Expansion du Grand Véhicule en Chine
  • Contexte de la Chine lors de l’arrivée du Bouddhisme (1er PC)
  • L’entré du Bouddhisme en Chine passe quasi inaperçue
  • Idéologie des Han lors de l’arrivée du Bouddhisme
  • La pensée holiste des Han, source d’inspiration pour le Tantrisme ?
  • A la recherche de l’unité perdue… ou acceptation de nos dualités ?
  • Le Bouddhisme s’installe en Chine grâce à sa confusion avec le Taoïsme
  • Le Bouddhisme, pacificateur des populations du Nord de la Chine (3-6ème PC)
  • Le JingTu, école bouddhiste la plus populaire en Chine
  • L’école du Vide, mais de quel « vide » s’agit-il ?
  • Au Sud, les avis sont partagés entre « gradualistes » et « subitistes »
  • Indianisation du Bouddhisme chinois et naissance du Tantrisme en Inde
  • Durant les Tang (7-9ème) : apogée du Bouddhisme chinois et contact avec le Tibet
  • Première répression du Bouddhisme en Chine : l’édit impérial de 845
  • Le MiZong, ou « l’école du Mystère », atteint le Tibet

 

  • Chapitre 2 : Histoire du Bouddhisme au Tibet
  • 2.1. Paysages du Tibet avant l’arrivée du Bouddhisme
  • Le Plateau tibétain entre déserts, précipices et autres monstres sacrés
  • Le Bön, religion autochtone du Tibet
  • Première phase du Bön, reflet d’une société tribale et matriarcale
  • Polyandrie et démographie, de l’ancien Tibet au Tibet moderne
  • Seconde phase du Bön, naissance d’une doctrine influencée par l’Hindouisme
  • Le yungdrung, ou swastika, emblème du Bön

 

  • 2.2. Phase d’implantation du Bouddhisme au Tibet (7-9ème)
  • Le Bouddhisme chinois sert les ambitions de Songtsen Gampo, roi des Tubo
  • Les conquêtes des Tubo génèrent un changement de structure sociale
  • Le Bouddhisme, catalyseur du patriarcat tibétain
  • Padmasambhava, maître tantrique indien, devient le père du Bouddhisme tibétain  
  • Première école du Bouddhisme tibétain : l’école des Nyingmapa
  • Troisième phase du Bön et sa division en blanc, noir et zébré
  • Fin de règne des Tubo et premières persécutions bouddhistes

 

  • 2.3. Renaissance du Bouddhisme tibétain (9-11ème)
  • Le Bouddhisme tibétain se réinstalle peu à peu sur le Haut Plateau
  • Une floraison de nouvelles écoles : Sakyapa, Kagyupa, Kadampa, etcetera
  • Le tantra de Kalachakra ou du « Maître de la Roue du Temps »
  • Le Royaume de Shambala : mythe ou réalité ?
  • Le Kalachakra revendique son authenticité
  • L’Islam, ennemi principal du Bouddhisme tibétain
  • Quels sont les autres ennemis de la « Bonne Doctrine » ?
  • Le rituel de Kalachakra œuvre-t-il pour la paix dans le monde ?
  • Le Tibet, l’écrin précieux des trois Véhicules
  • La population du Tibet subit les sévices de Kalachakra

 

  • 2.4. Expansion du Bouddhisme tibétain (12-13ème)
  • La dynastie mongole des Yuan annexe le Tibet à l’Empire chinois
  • Les Mongols se convertissent au Bouddhisme tibétain
  • Phagpa Rinpotché nommé « précepteur impérial du Tibet »
  • L’histoire du « Bardo Thödol », le « Livre tibétain des morts »
  • Le Bardo Thödol à l’occidentale
  • Le Bouddhisme tibétain s’étend aux steppes mongoles

 

  • 2.5. La réforme du Bouddhisme tibétain (14-15ème)
  • Tsongkapa, réformateur du Bouddhisme tibétain et fondateur des Bonnets Jaunes
  • Retour à un « Gradualisme » modéré pour l’école des Bonnet Jaunes
  • Les trois étapes de la Voie du Milieu
  • Mantra, mudra, mandala : voies sacrées de Réalisation
  • La petite porte du fond : voie douteuse vers la Réalisation
  • Le fulgurant succès des Bonnets Jaunes
  • Hiérarchie et discipline chez les Bonnets Jaunes
  • Le système des « tulkous » assure la succession et le maintien des biens

 

  • 2.6. Le règne des douze premiers Dalaï Lamas (15-19ème)
  • Le titre honorifique de « Dalaï Lama » est conféré par Altan Khan
  • Guerre civile entre écoles bouddhistes : le massacre de Drepung
  • Construction du palais du Potala sous le règne du Grand Cinquième
  • La dynastie mandchoue des Qing (1644-1911) place le Tibet sous son contrôle
  • La compagnie de Jésus rencontre le Bouddhisme tibétain
  • Guerre civile pour un Océan de Sagesse : second massacre de Drepung
  • L’établissement du « kashag », assemblée gouvernementale tibétaine
  • Les Mandchous tracent les frontières de la province tibétaine
  • Code civil tibétain décrété par les Mandchous
  • Du 8ème au 12ème Dalaï Lama : un siècle meurtrier pour les Dalaï !
  • Au 19ème, le Bouddhisme tibétain doit composer avec L’Empire britannique
  • La Russie des Tsars contaminée par le tantra de Kalachakra

 

  • 2.7. Le Bouddhisme tibétain sous influence occidentale (19-20ème)
  • Des slaloms périlleux pour le Grand Treizième !
  • Une demande d’indépendance du Tibet avancée par le 13ème Dalaï Lama
  • Quelle modernisation pour quel Tibet ?
  • L’héritage spirituel et temporel du Grand Treizième
  • Le Bouddhisme tibétain s’allie à l’impérialisme nippon
  • En 1940, intrônisation du 14ème Dalaï Lama

 

  • 2.8. Le Bouddhisme tibétain sous drapeau chinois (20-21ème)
  • En 1951, l’Armée Populaire de Chine arrive à Lhassa
  • Un début de règne difficile pour le 14ème Dalaï Lama
  • Le 14ème Dalaï Lama : « semi-bouddhiste, semi-marxiste » ?
  • Guerriers du Bouddha, soldats de la Libération et agents de la CIA sur le Toit du Monde
  • L’organisation de la résistance tibétaine est soutenue par la CIA
  • Exil du Dalaï Lama : forcé ou volontaire ?
  • Dharamsala, centre névralgique du mouvement pour l’indépendance du Tibet
  • Quelle démocratie à Dharamsala ?
  • La première bévue de la Chine : l’Arunachal-pradesh
  • La Révolution Culturelle, qu’eut-elle de « culturel » ?
  • Bouddhisme ou marxisme : risque de dérapage des « ismes »
  • Une grave erreur du PCC : avoir voulu éradiquer les religions
  • Résurgence du Bouddhisme tibétain sur le Haut Plateau à partir des années 80
  • Les émeutes de 1987 et 1988 à Lhassa
  • Amélioration du niveau de vie pour les Tibétains
  • Sa Sainteté le Dalaï Lama, prix Nobel de la Paix
  • Un nouvel objectif pour le Dalaï Lama : la re-bouddhéisation de la Chine
  • L’encerclement de la Chine par les USA
  • La réponse de la Chine
  • Liberté de religion en République Populaire de Chine ? et le FaLunGong ?

 

  • Chapitre 3 : Le Bouddhisme tibétain en Occident
  • 3.1. Le Tibet, un mythe né en Occident
  • Quelques caractéristiques du Bouddhisme qui favorisent son implantation
  • Contexte idéologique de l’Europe lors de l’arrivée du Bouddhisme tibétain (19ème)
  • Le trait d’union : Helena Blavatsky, une étoile parmi les Tsars
  • La Société théosophique en marche contre le Matérialisme
  • Fin du 19ème, les touristes sont mal venus sur le Toit du Monde
  • D’Alexandra David-Neel à Lobsang Rampa, fils de plombier anglais
  • C.G. Jung et R. Wilhelm, un espoir pour l’orientalisme
  • Deux dissidents de la Théosophie : Krishnamurti et Steiner
  • Big Brother surveille les galaxies du Verseau
  • René Guénon : la « Tradition universelle » vient du Tibet !
  • Julius Evola ou le Bouddhisme tibétain au service du national-socialisme
  • L’Ahnenerbe en voyage initiatique au pays de Shambala
  • «…et si le Dalaï Lama devenait un criminel de guerre ! », dit le Dalaï Lama
  • Le mythe de la « bonne guerre », version zen
  • « Le sabre qui donne la vie » : une expression de D.T. Suzuki
  • Le Bouddhisme au service de la Guerre Froide
  • Golden sixties et beatnik : « let it be ! »
  • Durckheim et Herrigel, deux constructeurs d’ego

 

  • 3.2. Usage postmoderne du mythe tibétain
  • La Bonne Doctrine s’implante au coeur de notre « matérialisme spirituel »
  • Chogyam Trungpa, précurseur de la vague dalaïste
  • La France, pays d’acceuil du Bouddhisme tibétain en Europe
  • Les mauvaises fréquentations du Dalaï Lama
  • Une fracture intellectuelle nécessaire à l’Eveil
  • Du génocide ethnique au génocide culturel
  • Bio branchés, BT-light ou dalaïstes convaincus : de quelle gauche s’agit-il ?
  • 1989, l’année de tous les dangers… et de la naissance d’Arte
  • Les « aimables fadaises » du Dalaï Lama
  • Il faut un ego surdimensionné pour adhérer au Dharma
  • Le Bouddhisme tibétain joue la carte du « retour aux sources »
  • Bouddhisme et Christianisme : deux religions de salut
  • Les dialogues interreligieux : une internationale contre le relativisme

 

  • 3.3. Critique de la bouddhomania actuelle
  • Phénoménologie bouddhiste et psychanalyse
  • Le Bouddhisme tibétain à la conquête du monde scientifique
  • Les pensées positives du Bouddhisme tibétain
  • Le dessein intelligent du Dalaï Lama
  • Le Bouddhisme tibétain jusqu’au cœur de nos écoles primaires
  • Bouddhisme tibétain et engagement social
  • « Se changer soi-même pour changer le monde »
  • Le Bouddhisme tibétain n’est pas une exception sur le marché des religions
  • Transcendance et concurrence en terre bouddhiste
  • Le marketing du Bouddhisme tibétain


Conclusion

Pensées chinoises
Pensées chinoises : Voyage dans la pensée chinoise
Pensées chinoises : YiJing et pensée des Anciens
Pensées chinoises : Le Taoïsme
Pensées chinoises : Médecine chinoise et taoïsme
Pensées chinoises : Histoire du Bouddhisme, de l’Inde à la Chine
Pensées chinoises : Histoire du Bouddhisme tibétain